Síguenos:

Seleccionar País:

Nous avons une histoire…

1. Peut-être que cette étincelle prendra feu : Une œuvre est née

José Maria Vélaz

Qui, en vivant dans l’amour, sert ses frères par amour, vit déjà le bonheur sur terre. -Père José María Vélaz (La croissance de Foi et Joie, 1981)

José María Vélaz, s.j (†1985) est le fondateur de Foi et Joie, il est né au Chili, où il a vécu ses dix premières années. Cette époque a fortement marqué sa vie avec la profonde sensibilité d’un latino-américain.

Depuis sa formation, il fréquente les écoles de la Compagnie de Jésus, où il poursuit sa préparation jusqu’à devenir membre jésuite. En 1946, il est envoyé au Venezuela, pays marqué à l’époque
par les inégalités et l’analphabétisme ; le père Vélaz rêvait d’un réseau d’écoles dans les endroits les plus oubliés de ce pays, sa motivation l’a amené à chercher des alliés dans certains étudiants universitaires et il a commencé son travail avec les communautés en 1960, les collaborateurs sont partis avec Foi et sont revenus avec Joie, et de cette façon, ils ont donné le nom à ce travail éducatif Foi et Joie.

More

Toutes les grandes œuvres naissent de processus qui ont remué les fibres intimes de l’être humain. José María Vélaz ne fait pas exception. Chilien de naissance et issu d’une famille espagnole, il a dû partir enfant avec sa mère dans la péninsule et là sa formation a été liée aux écoles de la Compagnie de Jésus.

Dans sa jeunesse, après quelques années à l’université, il choisira de devenir membre de la dite Congrégation religieuse et depuis, comme le fondateur de l’ordre (Saint Ignace de Loyola), il deviendra pèlerin et bâtisseur d’espérance. En 1946, José a été envoyé au Venezuela, alors qu’il avait 36 ans de vie et 18 comme jésuite.

La réalité latino-américaine marquera très bientôt un nouvel itinéraire dans sa mission. Le contact avec la pauvreté et les conditions scandaleuses de marginalisation et d’exclusion des majorités du pays l’interpelleraient définitivement. Lorsqu’il travaillait au Colegio San José de Mérida, il a commencé à réaliser les premières expérimentations qui conduiraient finalement à la création d’un réseau d’écoles à la périphérie des villes et dans les zones rurales. Ce serait en 1960 que ce réseau a été baptisé du nom de “Foi et Joie “. Vélaz correspond facilement au profil d’un grand homme et sauveur des sans espoir. Cependant, le travail de ce jésuite était de canaliser les demandes et les désirs légitimes des pauvres. Aucune de ces écoles n’aurait été possible sans la détermination des bénéficiaires à mener à bien le projet.

Tous ces parents et tous ces enfants ont été les véritables gestionnaires d’une des œuvres éducatives les plus importantes d’Amérique Latine et qui s’étend aujourd’hui à d’autres parties du monde.

Abraham Reyes et Patricia Garcia:

« Si je la garde, ce sera la maison de mes huit enfants. Mais si nous en faisons une école, ce sera la maison de tous les enfants du quartier » -Abraham Reyes

Dans la mémoire de cette histoire passionnante, le nom de ceux que nous pourrions considérer comme les fondateurs authentiques de Foi et Joie, un couple marié composé de l’ouvrier Abrahán Reyes et de son épouse Patricia García, est conservé. Le Père José María Vélaz et son groupe de collaborateurs ont visité la banlieue à la recherche d’un endroit pour installer la première école, jusqu’à ce qu’ils ont rencontré ces personnages, qui furent les premiers à abandonner leur petit ranch pour que celui-ci devienne la première école.

More

On dit qu’Abraham et sa femme avaient passé huit longues années à construire les murs de leur maison et le jour où on leur a parlé d’une école et d’une éducation pour les enfants, ils ont remis ces murs et ce toit sans grande cérémonie autre que leur propre bonheur . Il n’y a pas eu de cérémonie d’ouverture, ni de ruban rouge avec un noeud à couper, ni de plaque commémorative.

Le geste de la famille Reyes n’était que le début, car d’autres familles rejoindraient l’épopée qui a rendu Foi y Joie possible. Une réponse énergique à une société et à un État qui les avaient oubliés. Un engagement pour la liberté depuis l’éducation. Vélaz, qui avait été lié à l’Université catholique, avec un groupe d’étudiants universitaires, a formé le premier contingent de personnes prêtes à rêver avec les gens. C’est l’autre moitié d’une histoire à succès. Rien n’est vraiment possible et durable si le plus grand nombre d’acteurs n’a pas été impliqué dans une profonde transformation de la réalité.

Les premières années de Foi et Joie auraient la vertu de convoquer tous ceux qui se laissent toucher par les tâches d’un service chrétien. Signe authentique de la réalisation du Royaume de Dieu maintenant et parmi nous.

2. Foi et Joie commence là où l’asphalte se termine: Le Mouvement

Amérique Latine

Foi et Joie est né au Venezuela en 1955. Neuf ans plus tard, en 1964, le pays comptait déjà 10 000 étudiants et le succès de l’expérience a permis de reproduire le modèle dans d’autres pays avec une réponse similaire. En deux ans, l’Équateur, le Panama, le Pérou, la Bolivie, l’Amérique Centrale et la Colombie ont rejoint l’aventure. Dès lors, l’expérience ne cesserait de croître et de multiplier les espoirs dans les coins les plus secrets et les plus profonds des Amériques. C’est de là qu’est née l’une des phrases les plus célèbres du mouvement éducatif : “Foi et Joie commence là où l’asphalte se termine, là où l’eau potable ne goutte pas, là où la ville perd son nom”.

More

Toutes les grandes œuvres naissent de processus qui ont touché les fibres les plus profondes de l’être humain. José María Vélaz ne fait pas exception. Chilien de naissance et issu d’une famille espagnole, il a dû, dès son enfance, partir avec sa mère pour la péninsule, où son éducation a été liée aux écoles de la Compagnie de Jésus.

Dans sa jeunesse, après quelques années d’université, il choisit de devenir membre de cette congrégation religieuse et dès lors, à l’instar du fondateur de l’ordre (Saint Ignace de Loyola), il deviendra pèlerin et bâtisseur d’espérance. En 1946, José a été affecté au Venezuela, alors qu’il avait 36 ans et était jésuite depuis 18 ans.

La réalité de l’Amérique latine allait bientôt marquer un nouvel itinéraire dans sa mission. Son contact avec la pauvreté et les conditions scandaleuses de marginalisation et d’exclusion de la majorité de la population du pays l’interpelleront de manière définitive. Alors qu’il travaillait au Colegio San José de Mérida, il a commencé à réaliser les premières expériences qui allaient aboutir à la création d’un réseau d’écoles à la périphérie des villes et dans les zones rurales. C’est en 1960 que ce réseau a été baptisé “Foi et Joie”. Vélaz correspond aisément au profil de l’homme d’église et du sauveur des déshérités. Cependant, le travail de ce jésuite consistait à canaliser les demandes et les aspirations légitimes des pauvres. Pas une seule de ces écoles n’aurait pu voir le jour sans la détermination des bénéficiaires à mener à bien le projet.

Tous ces parents et tous ces enfants ont été les véritables gestionnaires de l’une des œuvres éducatives les plus importantes d’Amérique latine et qui s’étend aujourd’hui à d’autres parties du monde.

Europe

L’expérience de Foi et Joie s’est répandue non seulement en Amérique Latine, mais a également été accueillie en Europe, notamment en Espagne avec Entre Culturas et en Italie, bien que la manière de travailler et de contribuer à la mission soit particulière.

Espagne

En 1962, à la suggestion du Père José María Vélaz, avec le soutien du Provincial de Loyola, le Secrétariat de Foi et Joie a été fondé à Pamplona. Toutefois, ce n’est qu’en 1985 que Foi et Joie España a été enregistrée en tant qu’ONG.

Aujourd’hui, Entreculturas Fe y Alegría España, en collaboration avec Alboan, l’ONG jésuite d’Euskadi et de Navarre, a déployé un cadre stratégique commun axé sur cinq causes justes:

1. La garantie du droit universel à une éducation de qualité.

2. La défense de la vie digne des migrants et des réfugiés.

3. La promotion de la justice socio-environnementale.

4. Renforcer la participation et la citoyenneté mondiale.

5. La promotion de l’égalité des sexes.

Entreculturas défend ces cinq causes justes à travers des projets de coopération, principalement avec le réseau Foi et Joie auquel elle appartient et le Service Jésuite des réfugiés, mais aussi à travers des actions de sensibilisation et de plaidoyer politique, des programmes de volontariat, des campagnes de communication et des programmes éducatifs, tissant des réseaux de changement avec d’autres organisations partenaires, des entreprises, des centres éducatifs et de multiples alliés stratégiques.

Italie

Considérant les changements sociaux dûs à la forte immigration et avec le rêve d’offrir aux migrants la possibilité de poursuivre leurs études, les sœurs Pilar et Narcisa Soria avec les Pères Valentín Mendendendez S.J. et Gerardo Arango S.J. et avec la bénédiction du Père Kolvenbach S.J., Supérieur de la Compagnie de Jésus, ils activent l’organisation socio-éducative qui permet d’inaugurer, le 16 septembre 2001 à Rome, la première école qui commence à fonctionner grâce à un accord avec IRFEYAL – Equateur, une des écoles populaires du réseau de FOI ET JOIE, qui garantit à travers le Ministère de l’Education équatorien la reconnaissance en Italie du titre attribué. Grâce à l’accord Andres Bello, ce programme permet aux personnes qui ont étudié en Équateur mais aussi en Bolivie, au Chili, à Cuba, en Espagne, au Mexique, au Panama, au Paraguay, au Pérou, en République dominicaine et au Venezuela de poursuivre leurs études.

Ce premier résultat a représenté, comme l’a dit le Père José María Vélaz, S.J.(†), ” l’étincelle qui a pris feu ” car une nouvelle a été ouverte à Milan et un an plus tard à Gênes.

Une équipe d’enseignants hautement qualifiés a été formée, avec une admirable capacité de dévouement. Ils viennent d’Italie, d’Amérique latine et d’Espagne. Certaines matières sont enseignées en italien et d’autres en espagnol. Des laïcs, des personnes consacrées et diverses congrégations religieuses y collaborent.

Dès le début, la branche de Rome a été chargée d’un projet éducatif dans la prison de Rebibbia. Au début, il s’agissait de sa propre école secondaire pour les prisonniers d’Amérique Latine et, au fil des ans, elle a évolué vers des cours d’espagnol.

Foi et Joie est devenu un réseau structuré, composé de trois coopératives sociales, Foi et Joie Gênes, Foi et Joie Milan et Foi et Joie Rome. De nouveaux projets ont vu le jour et ont renforcé l’école primaire et secondaire pour les jeunes et les adultes : éducation à la citoyenneté mondiale, espagnol en prison, cours d’italien, anglais, ECDL (European Computer Driving License), coiffeur, tailleur et modéliste ; orientation et formation pour le travail.

Foi et Joie Italie est en constante évolution pour répondre à la nécessité actuelle de construire une société multiculturelle inclusive par l’éducation.

Afrique

Foi et Joie est né en Afrique avec le soutien des autorités éducatives de l’État tchadien. en 2007 avec un réseau rural d’écoles dans la région de Guera, dont la population est majoritairement musulmane, Cet esprit fondateur a ensuite été étendu à Madagascar en 2013, et l’année suivante à la République démocratique du Congo.

Le premier Congrès international de Foi et Joie Afrique, qui s’est tenu en janvier 2016 à N’djamena, a été l’occasion de faire connaître la mission et la vision du Mouvement à la grande famille jésuite du continent africain, et d’enthousiasmer d’autres pays comme la Guinée-Conakry, le Zimbabwe, le Mozambique et le Kenya.

3. Réseau mondial

Plan des priorités de la Fédération

La Fédération Internationale de Foi et Joie est née en 1987 dans le but de consolider un travail beaucoup plus coordonné, de marquer et de maintenir une ligne d’action commune. À cette fin, nous nous engageons dans un modèle de PLANIFICATION DES PRIORITÉS qui nous convoque et nous guide en tant que Mouvement, qui dynamise notre parcours collectif et nous offre des éléments pour évaluer notre praxis. Ce modèle, que nous réaffirmons aujourd’hui, s’articule en réseau et est dynamisé par les initiatives qui émergent des pays dotés d’organes de gestion et de services fédératifs décentralisés.

Réseaux

Confirmant notre option de renforcer un mode d’organisation et de gestion de la MISSION en RÉSEAUX, nous avons remarqué l’importance de générer un mode de fonctionnement ou une culture fédérative qui corresponde à cette option et la rende plus dynamique en interne.

Notre option RESEAU, avec une perspective GLOBALE et le renforcement des LIENS, n’est pas seulement un mode de gestion mais surtout une façon d’être en tant qu’organisation.

Initiatives

Le PPF se déploie principalement à travers les 12 initiatives conjointes entre pays qui s’articulent sous forme de réseaux. Ceux-ci sont au cœur de l’action de la fédération.

Initiatives : Nous identifions trois types d’initiatives : les initiatives identitaires, de réflexion permanente pour renforcer et concrétiser l’identité et la mission ; les initiatives de service global, à travers lesquelles est fourni un service qui bénéficie à tous les pays et à tous les réseaux ; les initiatives d’action locale, un travail coordonné en réseau entre différents pays.

Ces initiatives sont les suivantes:

  • Formation pédagogique
  • Qualité de l’enseignement
  • Évaluation et mesure d’impact
  • Écologie intégrale et Panamazonienne
  • Formation au travail
  • Jeunesse
  • Citoyenneté
  • Genre
  • Éducation inclusive
  • Migration
  • Identité et Spiritualité
  • Soins à la petite enfance
Voir QUI pour plus de détails sur les initiatives

Plan global des priorités fédérales 2021-2025

Ce document présente des propositions de révision de certaines orientations du Plan Global des Priorités Fédérales (PGPF) et propose des modifications partielles des structures d’organisation et de gestion, sur la base du processus d’analyse et d’évaluation réalisé. Les réponses et les recommandations recueillies considèrent que nous sommes toujours dans le processus de mise en œuvre de la logique du Plan fédératif 2016 – 2020, par conséquent, aucune révision fondamentale du Plan n’est proposée et les définitions fondamentales de la mission sont confirmées.

Pour sa part, nous avons également un Plan de Mise en Œuvre (PIM), qui est la formulation opérationnelle pour la gestion du nouveau Plan Global des Priorités Fédératives 2021-2025. Le Plan Global nous guide, le Plan de Mise en Œuvre nous structure et nous organise.

Voir PGPF
Voir PIM

Plan des priorités fédérales 2016-2020

Il présente le cadre et les axes qui guideront les actions du Mouvement : identité, défis inspirants, mission, vision et priorités, ainsi que les axes prioritaires qui sont rendus opérationnels par les lignes d’action et les composantes…..

Lire la suite

3e Plan Stratégique 2010-2014 de la Fédération internationale Foi et Joie

Ce plan vise à améliorer le fonctionnement de la Fédération, son organisation et ses processus. Il propose des mesures visant à promouvoir une plus grande coordination et synergie entre les programmes, à encourager la gestion des activités de la Fédération et à améliorer, la communication à l’intérieur et à l’extérieur.

Lire la suite

II Plan global de développement et de renforcement institutionnel 2005-2009

Il propose onze programmes permanents qui donnent une plus grande dimension internationale en étant basés dans différents pays, afin de répondre à la croissance de la Fédération et aux nouvelles exigences du contexte.

Lire la suite

I Plan global de développement et de Renforcement Institutionnel 2001-2005

Il explique le schéma de planification stratégique adopté et sa raison d’être, le contexte et la raison d’être du plan, la mission et la vision, les objectifs stratégiques et opérationnels, les lignes d’action et les projets, la population cible et les modalités d’administration du plan.

Lire la suite

©2022 Todos los derechos reservados